Photo qui montre La légendaire basilique de la Nuestra Señora del Pilar de nuit | Cliquer pour agrandir

Vous êtes ici: AccueilBlogArticle le plus récent

Article le plus récent

Visite de Saragosse

Centre historique, Visite panoramique

Par Marie, épisode 2Publié le: 06/04/2024

Temps de lecture: ≈ 3mn

Photo qui montre La Nuestra Señora del Pilar au bord de l'Èbre | Cliquer pour agrandir

Centre historique de Saragosse

Après notre escapade au palais fortifié de l'Aljafería, nous nous dirigeons plein d'énergie vers le centre ville de Saragosse. Il a été facile de se garer gratuitement à proximité du pont de Santiago qui enjambe l'Èbre. La température est douce même si le soleil n'est pas apparu depuis ce matin. Qu'à cela ne tienne, les appareils photos en main cette fois-ci, nous prenons la direction d'un bel édifice visible de loin avec ses coupoles décorées de couleurs vives. Nous apprendrons plus tard qu'il s'agit de la légendaire basilique de la Nuestra Señora del Pilar. Une fois sur le pont, nous sommes frappés par la largeur du fleuve et par son fort débit. La sécheresse est si présente partout où nous allons en Espagne que la vue de tant d'eau nous réjouit.

En face, les vestiges d'un tronçon d'enceinte romaine du IIIe siècle apparaissent et rappellent le long passé de la ville fondée par Caesar Augusta en 24 avant J.-C, sur une ancienne cité celtibère, « Salduie ».

Photo qui montre Les vestiges de l'époque romaine. | Cliquer pour agrandir

Témoignage d'un passé tumultueux

D'après les historiens, la ville a été conquise en 714 par les Maures, puis, en 1065, elle devient une taïfa, un royaume musulman indépendant jusqu'en 1118. Le film Le Cid, d'Henri Verneuil, nous revient à l'esprit avec les scènes de guerre entre Maures et Chrétiens du royaume d'Aragon ainsi que les alliances faites avec le Cid de Valence et ses maîtres Castillans.

Photo de Caesar Augusta | Cliquer pour agrandir

Aujourd'hui, ville moderne, Saragosse compte près de 700 000 habitants. Elle a accueilli en 2008 l'exposition internationale dont la thématique était l'eau et le développement durable, sujet peut-être d'une future visite panoramique. Pour l'heure, nous préférons nous imprégner de la vie dans les quartiers populaires n'hésitant pas à faire des pauses-café au détour d'une ruelle, opportunité d'écouter les gaillardises et de suivre l'actualité en espagnol. Il nous plaît aussi de regarder les photos ou les illustrations de l'Espagne d'autrefois qu'il nous faut dénicher souvent dans les recoins obscurs des bars.

Photo qui montre À la mémoire de la guerre napoléonienne | Cliquer pour agrandir

Le musée Goya n'est plus très loin de notre lieu de récréation, nous nous y rendons une bonne heure avant la fermeture. De saisissantes gravures du peintre témoignent des atrocités commises par les troupes napoléoniennes entre 1808 et 1809 sur la population civile. Durant cette sombre période la ville perdit la moitié de sa population, soit environ 54 000 habitants !

...avec ses plazas

Encore remués par tant de souffrance, nous quittons les lieux pour la Plaza del Pilar. La chance nous sourit, personne aujourd'hui sur cette vaste esplanade souvent bondée de touristes.

Photo qui montre L'esplanade avec ses deux places de la Seo et del Pilar | Cliquer pour agrandir

Régulièrement, de grands événements se tiennent à proximité de la Fuenté de la Hispanidad, une belle fontaine, malheureusement vide lors de notre passage. Elle commémore l’Hispanité et la découverte de l'Amérique du Sud par Christophe Colomb. D'ailleurs, le 12 octobre est fête nationale pour tous les pays hispanophones.

Malgré le temps maussade, nous dégainons nos appareils et prenons en photo les monuments emblématiques qui se regroupent sur ce grand espace: la Seo del Salvador, la basilique Nuestra Señora del Pilar, la lonja ou bourse du commerce.

Photo qui montre La Seo del Salvador. | Cliquer pour agrandir

Fatigués, avec plus de 18 000 pas à notre actif, les yeux remplis des arabesques de l'architecture mudéjar et de cette opulence de matières et de couleurs de la basilique de style baroque, nous reprenons la route en direction de Roulotte, notre havre de paix où nous passerons une deuxième nuit dans la verte.

Une soirée à Saragosse

Le lendemain, au petit matin, alanguis, nous ouvrons un œil puis l'autre et apprécions le charme et la sérénité des lieux. Le chant des oiseaux accompagne le levée du soleil; «Cétoubiene», nous disons-nous en faisant référence au sketch des Inconnus, Capitol, la reconversion d'un parrain dans la boulangerie. De concert, nous n'avons qu'une seule idée en tête: faire un panoramique de nuit de la basilique Nuestra Señora del Pilar. D'immenses projecteurs sont prévus pour l'éclairage, cela devrait donner de beaux contrastes à nos photos.

Photo qui montre la Corvée de patates aux carottes au bivouac. | Cliquer pour agrandir

Nous faisons-là une sacrée entorse à notre principe de base; toujours rentrer avant la nuit! Les voyages nous réservant leurs lots de surprises: le panneau solaire a-t-il chargé? Avons-nous suffisamment de gaz pour le chauffage cette nuit? Un rôdeur ne s'est-il pas rapproché trop près de Roulotte, sans parler des ours et des loups... hi, hi, hi!

Photo qui montre Le bivouac. | Cliquer pour agrandir

La matinée s'écoule tranquillement ; au menu pour midi, carottes cuites au vin blanc parfumées aux herbes de Los Monegros. L'après-midi sera consacré au site visitespanoramiques.com, au tri des photos, aux calculs des panoramas de la veille. Il est déjà 18h00, nous reprenons la piste de notre petit bout du monde pour rejoindre une dernière fois Saragosse.

Photo qui montre Le romarin en fleur. | Cliquer pour agrandir

Arrivés au centre historique, tout près du pont de pierre, la scène qui s'offre à nous est féerique. La basilique magnifiquement éclairée projette ses reflets sur l'Èbre. Jean-Paul s'applique, prenant ses photos au ras de l'eau. Nous n'avons fait jusqu'alors que très peu de photos de nuit. Ce panoramique est une première!
La nuit est totale maintenant, le clapotis de l'eau sur les berges du fleuve nous bercent. Au loin, des courageux s’entraînent au kayak tandis que quelques canards Colvert nagent paisiblement.

Photo qui montre Le pont de pierre. | Cliquer pour agrandir

Puente de Piedra

Sur la rive opposée, la ville s'agite et nous invite à une soirée «tapéo», institution culturelle chez les Espagnols. Nous décidons de nous asseoir dans un petit restaurant du quartier animé «del Tubo», célèbre labyrinthe dont les rues longues et étroites rappelleraient des tubes. Les papilles éveillées par de savoureuses préparations, nous constatons que la bonne réputation des tapas à Saragosse n'est pas surfaite et que le prix est tout à fait correct. Une fois «la cuenta» réglée, nous regagnons la voiture.
Alors que Jean-Paul se concentre sur la conduite de nuit, mes pensées vagabondent ; où serons-nous demain?

Pour le savoir, suivez-nous dans le Flash Actus de la page d'accueil du site pour être au courant de nos prochaines "aventures".

Cette visite panoramique est maintenant en ligne. Nous vous mettons le lien direct à la fin de cet article. Mais sachez que si vous comptez utiliser un mobile, vous aurez des fonctionnalités minimales alors que sur une tablette, elles seront un peu plus étendues. L'ordinateur restera l'appareil idéal pour accéder à l'ensemble des icones d'information et de navigation. N'hésitez-pas à nous faire part de vos retours via notre formulaire de contact.

Pour rappel

Notre objectif est de vous apporter le luxe d'assouvir votre curiosité sans vous déplacer, tout en vous immergeant dans cet espace unique aux reliefs et couleurs époustouflants.

À très bientôt chers visiteurs.

Photo qui montre Où serons-nous demain? Aragon, Espagne | Cliquer pour agrandir
FIN

Amicalement vôtre

Par ici la visite →

Commenter cet articleÉcrire ou lire les commentaires?

Δ Archives ← Article précédent Article suivant →

Vous êtes ici: AccueilBlogArticle le plus récent